Fête du printemps à Taipei

Publié le par ARNAUD LARAIE

Ca y est nous y sommes, dans le cochon...l'année du cochon, tout est bon, donc!! Moment attendu de tous les Chinois pour se retrouver en famille et profiter d'énormes repas et de quelques rares jours de congés.

C'est ainsi l'occasion d'asssister à un festival de lumières à travers la ville ainsi qu'à une longue série d'explosions qui retentissent aux alentours de minuit pour célébrer le passage à la nouvelle année.

Nous avons nous aussi allumé cette guirlande de pétard, la fameuse mitraillette!

 

Attention cette petite vidéo contient une scène violente susceptible de choquer la sensibilités des plus jeunes...

(si débit insuffisant, cliquer sur pause et patienter quelques secondes)

 

Nous avons profité des congés de ce nouvel an pour retourner à la capitale Taipei. Nous y avons découvert le mémorial Tchang-Kai-tchek, leader nationaliste chinois qui a rejoint Taiwan lors de la prise de pouvoir des communistes de Mao sur le continent.

Ci-dessous dans le centre de Taipei, l'équivalent taiwanais de la place Tian-An-Men de Pékin:

 

J'en ai profité pour poser ici chez les Chinois nationalistes, 2 ans après m'être rendu chez les cousins (peut-être même frères...) communistes...

 

Regardez donc comme elle est fière d'être Taiwanaise, cette petite!

 

Cette majestueuse place est surplombée d'un monument à la mémoire de ce père de la République de Chine (nom officiel de Taiwan),ce qui offre un point de vue privilégié sur l'ensemble du site, que ne manque pas de contempler huai-shih.

 

A l'intérieur de ce monument, nous sommes tombés sur la cérémonie de la relève de gardiens, avec le rigueur militaire d'usage...

 

Les soldats dévoués à ce poste sont sélectionnés parlis les meilleurs éléments du contingent d'appelés au service militaire.

Ci-dessous le visage de l'un d'entre eux qui rappelle, comme beaucoup d'autres natifs et aborigènes taiwanais, les origines communes aves les indiens d'Amérique. (Avec les cheveux long et un peu de peinture de guerre sur les joues, bien sûr...)

 

Ces soldats d'élite suscitent donc la curiosité en ce lieu, mais également l'admiration des plus jeunes qui accompagnent leur descente des escaliers, s'imaginant déja comme tous les enfants du monde revêtir le fameux uniforme. Plus tard ils en seront moins sûr...

 

La visite se poursuit vers un autre mémorial, celui cette fois de Sun-yat-sen, véritable père de la Révolution chinoise de 1911 qui a mit fin au règne du dernier empereur après plus de 4000 ans de Dynasties dans l'histoire de Chine.

Ci-dessous le bâtiment avec en arrière-plan la Tour 101 visitée en octobre. A chaque époque son symbole...

 

 

 

 

 

 

Ces congés sont l'occasion pour les Taiwanais de se consacrer aux loisirs et de visiter les grands musées, tel le musée national Gu-Gong. Ce lieu incontournable est accessible en cette période après une (petite!) heure d'attente pour accéder à une navette en bus, naturellement plein à craquer...

Esssayez donc d'y distinguer le chauffeur!



 

Ce musée contient de nombreux trésors chinois qui ont suivi les troupes nationalistes lors de l'éxil de 1949. Cela constiue sans doute l'une des raisons pour lesquelles la Chine intègre Taiwan à son territoire, puisque de telles richessses culturelles ne peuvent résider hors de Chine.

Les cinquante ans de séparation politique avec le continent y apparaissent bien superficiels en comparaison avec les 4000 ans d'histoire commune du peuple chinois, que l'on peut contempler à travers les chefs d'oeuvre de sculpture ou encore de calligraphie.

 

Le quartier de notre hôtel était quant à lui situé dans une zone qui ressemble aux rues japonaises, où l'on y découvre les nouveautés de la mode extrême-orientale, en se faufilant dans le bain de foule des vacances.

 

 

 

Les grandes marques de la tendance mondiale y trouvent ici une vitrine privilégiée pour y exposer leurs derniers modèles.

Ci-dessous un petit clin d'oeil à notre frenchie de La NBA, tony Parker, désormais familier pour toutes les adolescentes "in" de Taipei.

 

 

 

Sans transition, nous nous sommes également arrêtés dans ce temple encastré par le centre  économique de la ville, pour se recueillir en compagnie de centaines de citadins bravant la pluie pour honorer leurs ancêtres et les disparus.

 

 

 

 

 

 

 

 


A Dashui, à 40 minutes de métro, il est possible de découvrir un site étonnant qui est cet ancien consulat britannique initialement fondé par les hollandais pour contrôler le commerce maritime du nord de l'île. On peut y retrouver une architecture et des fournitures européenes, reliques du temps des grandes explorations et des dominations.

 

 

 

Cette petite ville, qui est située en bord de mer à l'embouchure du fleuve traversant la capitale, est réputée pour ses plats de fruits de mer et donc prisée des citadins qui y affluent en cette période de congés. (agoraphobes s'abstenir!)



Ci-dessous un amusant panneau de signalisation indiquant l'alternance mensuelle dans les rues du stationnement des...sooooooters, bien sûr!  

 

 

 

 

 

 

 

Est-ce encore la réalité? Ou sommes-nous en train de basculer vers le côté obscur...

 

L'approche est toujours plus belle que l'arrivée.
Alain-Fournier

 

Regagnant la gare routière à l'heure du retour, nous rencontrons dans les passages souterrains de la gare centrale ces jeunes qui défilent pour célébrer le nouvel an, ici comme un peu partout dans le monde.




Installé dans le bus, je saisis rapidement cette image de l'immense Taipei noyé dans une cuvette de brume et de crachin en cette fin de février, au pied des montagnes qui l'encerclent.



Autre symbole, cette construction en hauteur de rampe d'autoroute parmis tant d'autres, et qui m'impressionne toujours autant après 6 mois passés ici, petit blésois que je suis!

 

Enfin, sur la route du retour, réveillés en sursaut en pleine nuit, notre bus s'immobilise, et tapis sous nos manteaux qui nous servent de couette, nous apercevons cette étrange et inhabituelle parade militaire ...

 

On peut y constater la ferveur des taiwanais, de toutes génétrations, ainsi que leur attachement aux traditions et à la superstition.

 



Si la raison est un don du Ciel et que l'on en puisse dire autant de la foi, le Ciel nous a fait deux présents incompatibles et contradictoires.
Denis Diderot

Publié dans taiwanisons

Commenter cet article

sonia 05/03/2007 01:13

Eh, c'est le côté obscur c'est sûr!!!Super article, ton blog me fait grave de la concurrence!Ah bientôt j'espère!BisesSonia

ARNAUD LARAIE 05/03/2007 04:10

Salut ma petite Sonia.
Eh bien oui, je suis assez  fier d'être relativement à jour dans le récit de mes aventures, pour tenir au courant mes proches... Cela dit je ne suis toujours pas aussi complet que toi, pipelette que tu es!!
Au fait, je sais pas si t'as remarqué, mais je t'ai piqué ta petite carte avec la localisation des visiteurs du blog, ça m'éclate!
Je te laisse taiwaniser, et te dis à bientôt sur Wenzao.

Jimmy 04/03/2007 15:18

juste une petite précision, il y a tjrs plein de monde dans les petites rues de Danshui !Préviens moi la prochaine fois que tu passes à Taipei, maintenant j'ai plus de temps libre.