Avant la pluie vient le beau temps...

Publié le par ARNAUD LARAIE

Le mois de juin à Taiwan, et donc sous le tropique nord, c'est l'ouverture du bal des "typhons", un joli nom pour appeler tout ce qui ressemble à des tempêtes ou des cyclones, ainsi que les violents vents et les pluies diluviennes que cela induit...C'est à peu près une vilaine averse d'orage estival qui durerait plus de 2 jours sans une seconde de répit.

Pour traverser cette période assez pénible, surtout quand il vous faut faire une demi-heure de scooter sous un tel déluge, il est parfois utile de se rappeler que le reste de l'année la météo est plutôt cléménte...




Avec parfois un ciel bleu Gitanes qui rendrait nostalgique tout amoureux ( dont je suis) d'une belle journée en Languedoc-Roussillon ! C'est sûr un ciel comme ça, c'est 好 ("bon" en chinois, écrit en rouge sur la photo) pour le moral !


Et puis en ces jours pluvieux, il est aussi possible et même agréable de se barricader à l'intérieur, accompagné d'amis, de quelques bon plats locaux et d'un bon vin rouge...



Ci-dessous mes Chers Rolen (Taiwanais), Michael (Philippin) et Jason (Canadien)...



En cas d'acalmie, l'option restautrant n'est pas non plus à exclure, avec parfois des petits coup de coeur comme lors de ce diner dans un restaurant original retraçant tout le 20ème siècle taiwananais à l'aide de tous les objets cultes qui ont fait cette époque:





Plus simplement, la multitude de restau (le restau n'est pas du luxe ici, 4 euros en moyenne) répartis à chaque coin de rue permet aussi de se réchauffer l'estomac et l'esprit à un prix raisonnable, et parfois même de voyager un peu...
Ci dessous un vin blanc coréen, le plus fameux diront certains (à voir) ...





Et si les soirées à hiberner sont trop longues, on n'oubliera pas qu'une fois que tout sera redevenu sec (c'est à dire en moins d'une journée, grâce à une éfficace gestion des eaux usées) , on aura peut-être la chance de tater de la boule, autrement dit faire une petite mène en compagnie des membres du "Kaohsiung Pétanque Club", impatients d'accueillir ce sport aux prochains jeux mondiaux de 2009. ( sports non-olympiques)




Et si j'ai à faire une demi-heure de scooter sous pareil déluge, c'est pour me rendre à l'instituit Wenzao où j'étudie le chinois, et m'essaye parfois à la calligraphie:



Dans une ambiance évidemment d'une violence extrême...



Un art de l'écriture vieux de plusieurs milliers d'années, maintenu ici à Taiwan comme à Hong-Kong, mais simplifié sur le continent chinois en caractères simplifiés (mais lon d'être simples)  sous la volonté de Mao de combattre l'illétrisme.



Un institut où beaucoup d'étudiantes se rendent pour apprendre l'anglais, l'espagnol, l'allemand, le japonais et bien entendu la plus belle langue du monde, le français.
Le tout dans la joie, et même parfois, dans la bonne humeur:





En ces longues journées de pluies, une autre option est également celle du refuge dans les grandes surfaces, en l'occurence ici les fameux "Carrefour".
Rien d'éxotique c'est sûr, mais bien pratique pour dégoter à toute heure (non, j'exagère, seulement jusqu'à 1 heure du matin) du pain, du fromage et du vin français en coup de blues, si blues il y a.
L'occasion aussi d'y retrouver un produit de consommation courante: le scooter,  bien entendu!




Des magasins "Carrefour" (on me reverse une commission à chaque fois que je l'écris), dont les 3 caractères de la traduction en chinois signifient Foyer, Bonheur, Prospérité... malins que sont ces Français quand ils traduisent!

En parlant de famille, c'est un plaisir de présenter cette sympathique étudiante mère de 4 enfants, Christine, ci-desssous en photo avec son mari.
Elle applique bien sûr la loi locale (voire asiatique) obligeant les femmes à paraître 5 ans de moins (au minimum) que leur âge.




Oui, c'est sûr, tôt ou tard le beau temps reviendra et les Taiwanais s'empresseront de redescendre dans les rues lumineuses et colorées de la ville,  et tomber au hasard d'une douce mélodie sur un artiste français venu semer un peu de romantisme (c'est du moins la réputation de Frenchies ici...discutable!).



L'occasion au moins d'y rencontrer quelques charmantes demoiselles venues se faire leur propre jugement...
Je veux parler bien sûr des chères Patricia, Mireille et Laurinne, aussi sympathiques que francophones:



Oui,"lumière" et "couleur" sont les deux mots qui me viennent à l'esprit pour résumer les nuits taiwanaises:



Le terme "jus de pastèque à 40 centimes d'euros"(20 dollars taiwanais) aurait également toute sa place....



Au rayon originalités, j'avoue avoir un petit faible pour ces mariages populaires qui se déroulent dans la rue, où l'on l'on condamne la moitié de la voie publique pour y étendre chapiteaux et tables, ainsi que la traditionnelle scène où l'on y invite des chanteuses-danseuses...



...pour le coup beaucoup moins traditionnelles.




"Veuillez circuler messieurs-dames, y'a rien à voir...ce soir c'est mariage"




Un concept également assez original et éxotique, mais qui pourrait ne pas faire de mal à être importé en France, est le tri sélectif pris en charge par les élèves eux-même, ici au sein du collège où est située l'Alliance Française".




Et en cas de rebellion, puisque bien sûr il y aura rebellion, un bon vieux piquet au milieu de la cour à observer ceux qui continuent de travailler à la protection de leur planète... ou du moins qui essayent. Cela pourrait ressembler à de l'éducation nationale, ça...




Autre trait culturel de la société taiwanaise, voire même chinoise, le rôle que joue la Femme dans l'activité économique et le developpement de ces pays. Une Femme que l'on ose, ici comme ailleurs, exposer sous toute sa beauté, dans un but commercial ou non, dans les grands espaces publics. Quand la Femme est considérée avec autant d'égard que l'Homme, c'est tout le pays qui est tiré vers le haut.






Et si cela ne vous plaît, pas les garçons, c'est le piquet au milleu de la cour, à midi sous le cagnard, comme les autres!  na!




Petit moment de plaisir sur le toit en contemplant le crépuscule, entouré de toutes de ces tours pas si hostiles que ça ici... Vue imprenable en panoramique 360 degrés!







Et quand vient la nuit, il n'est pas rare d'assister dans les faubourgs à quelques spectacles de rue, donnant à la ville des airs de petit village:



De l'opéra et des marionnettes à la sauce taiwanaise...




Encore une touche d'éxotisme avec ci-desssous le menu d'un restaurant birman où l'écriture chinoise (en rouge) cotoie l'alphabet marsien (en noir) des Birmans...
Etrange rencontre en cette période où 2 catastrophes frappent de manère ausssi cruelle le Sichuan chinois (tremblement de terre) et le Myanmar ex-Birmanie (Cyclone). 




Dur de garder la foi quand tant de familles sont détruitres pour toujours (200 000 disparus)....Quelle injustice.




Ci-dessous des photos de victimes chinoises passant en boucle sur la télévision taiwanaise, avec un bandeau inférieur déroulant et affichant les sommes des dons taiwanais à destination des cousins du continent:




Pas facile parfois de se remettre de tant de malheur, mais essayer simplement de profiter encore plus des moments d'amitié, ici et là...


Comme s'occuper d'un petit chien malade, mais tellement mignon:


...Ou encore de s'envoyer en l'air comme l'a osé mon petit frère en une belle journée de printemps:



Chapeau bas, frangin!!!









Ca, c'est planer comme il faut!

Le paradis, c'est ici et maintenant.




La foi soulève des montagnes, oui: des montagnes d'absurdité.
André Gide

Publié dans taiwanisons

Commenter cet article

sophie 21/06/2008 14:42

ARNAUD:C'est tres cool !! tu as pris "un grand parapluie" dans le ciel,cool! BTW,POURQUOI tu as cette site? tu paye ??are u payf or this ?anyways j'ai vu des photos de moi et yvonne, cool.HAVE FUN EN FRANCE

amanda 20/06/2008 11:20

Ouahh  Sa doit etre super.