Des îles dans l'île

Publié le par ARNAUD LARAIE

J'entends par "îles" ces différents mondes qui se côtoient ici, comme ailleurs. Un mélange parfois assez déconcertant de tradition et de modernité, opulence et dénuement, ou encore nouvelles technologies et dévouement aux ancêtres avec par exemple cette scène de bûcher en pleine rue, signe de la superstion encore prégnante des locaux en dépit de la modernité actuelle. Rien de bien violent ici, et finalement mignon... 





Chaque fin de mai voit ausi se dérouler la compétition rituelle des bateaux-dragons sur le "fleuve de l'amour", l'ossasion pour les écoles ou les entreprises d'envoyer une équipe de gros bras se défier sous la mesure du tambour.



L'occasion rare aussi pour les occidentaux de Kaohsiung de s'illustrer, certains de Taipei ayant opté quant à eux pour une course naturiste dans la nuit de la capitale, au grand plaisir des vendeuses de "seven-eleven" ayant à servir ces charmants clients pris subitement d'un gros coup de chaleur...on est en droit de les comprendre ( les vendeuses comme les naturistes...) !
Bien joué, ô visages pâles...




Clin d'oeil aux niveaux avancés de Kaohsiung, talentueux francophiles qui débattent chaque samedi en français à l'occasion d'u cours ou d'un dîner, comme les chers Patricia, Fabienne,Elisa, Atiku, Mimi, Alice, Bing, Gina et Océane pour ne citer qu'eux....



Avant de finir éventuellement au bistrot du coin, sympathique repère où l'on y choisit la musique de nos goûts, et parfois même de nos enfances, et d'y rencontrer d'autres francophiles tels que l'ami Guillermo du Salvador ou encore mon vieux Kevin (le plus à droite sur la photo), ami américain et amoureux des langues étrangères.



Des Taïwanais toujours motivés viennent même parfois nous y rejoindre... On y aurait même aperçu des grands Allemands en débardeurs rouges et lunettes de soleil jaunes...hummm...sehr gut!



Le genre de soirées, où malgré le whisky-Coca ou cocktail à 3 euros, de chers compatriotes d'écoles de commerce, ou d'ailleurs,  jugent utile de mettre leur savoir-vivre de côté en ramenant leurs propres bouteilles soigneusent achetées à l'épicerie du coin et en consommant le tout sur la terrasse ce ce même bistrot ... A voir pour le croire!

Heureusement, les valeurs sûres savent rattraper la mise et sauver l'honneur tricolore, je veux parler bien sûr du vieux P.A. ( voir blog en lien) et Miss Pei-hua:



Ou encore notre grand Antoine et Miss Suzanne:


Pour ce qui est de la gastronomie de l'île, il est impossible de passer à côté de ces vendeurs de rues, avec par exemple ces buffets dont on selectionne le contenu avant de demander au patron, ou la patronne, de plonger le tout dans un bouillon (lu wei) plein d'arômes tels que l'anis ou autres herbes medicinales chinoises.



Marquant aussi, ces réfections de voiries, aussi rapides que fréquentes, de jour comme de nuit, et "gare" à ceux  dont les véhicules mal stationnés gêneraient la manoeuvre!



Offre d'emploi: "recherche de cariste pour déagageage intempestif d'obstacles à la bonne marche collective!"



Un autre aspect de l'île est aussi cette certaine ouverture sur l'international et sur la culture, avec par exemple cette exposition récente sur Andy Warhol au musée des arts contemporains de la ville.

Pou pou pi doooooo!




Mois de juin ici, et ouverture officielle de la saison des gros orages et autres typhons, des cumulo-nimbus comme des éponges et des averses comme des douches:



Saison aussi des grosses chaleurs, prétexte pour filer après 1h de scooter et 20 minutes de bateau à la découverte d'une île au large de l'île, une certaine "petite Okinawa" dont on peut faire le tour en 30 minutes de scooter, et qui offre ainsi encore un peu plus de dépaysement au large du dépaysement...



Avec quand même quelques traces de civilisation comme le Seven-Eleven ou encore les moto-vendeurs de glaces, plus connus sous l'onomatopée de "Papoo-Papoo"....



Et puis comme ici tout le monde se connaît, à quoi bon recourrir aux plaques d'immatriculation!?



L'occasion aussi de croiser de nouveaux visages locaux, sur lesquels on peut déviner la douceur et la simplicité de vie, comme des petites mamies qui tentent de s'en sortir dans la modestie.

Et puis forcément, les mamies, ca fait penser à la Mamie, surtout quand cela fait un an que la vie doit continuer sans elle.



Et si vieillir, ce n'était finalement qu'apprendre à accepter de continuer à vivre sans ceux qui nous manquent....
La foi doit en aider beaucoup dans cette tâche, faute de quoi pour les autres c'est parfois difficile de faire face...



Consolons-nous en nous disant que le meilleur (comme le pire) est certainement ici et maintenant, et apprécier la simplicité de ces bonnes surprise de reine Nature, telles que ces petites fantaisies volcaniques...



Une flore originale et inattendue sous ces latitudes...



Des ruelles dans le village, bordées de scooter , de chiens sauvages et de bananiers...



Des temples aussi, omniprésents, signes de la superstition des pêcheurs pour faire face à l'hostilité de la mer ...



Et quand  'y a de la vie, le Seven-Eleven n'est jamais bien loin, alors suivons la guide..."always opennn, seven-elevennnnnn"




Et puisque les plaques d'immatriculation sont en option, inutile de préciser que les casques ne sont reservés qu'aux étrangers de passage, en l'occurence le ringard de Français que je suis!


Spécialié locale: le poisson qui vole et qui atterit dans la friture! et les Taïwanais en raffolent...



Les photographes raffolent quant à eux d'autres choses...





Oui...elle est  belle, elle le sait, elle le sent...



Et dire que dans quelques instants une toile de tente sera plantée dans le décor, là, juste derrière... ce sera d'un coup beaucoup moins glamour!



Une plage pourtant assez exceptionnelle à y regarder de plus près, composée non de sable mais uniquement de corail plus ou moins décomposé au sein duquel se faufile une faune tout aussi surprenante...



Oui, j'en suis convaincu, le meilleur peut  être ici et maintenant, somme de  plaisirs simples que je partage avec mes contemporains d'ici et d'ailleurs, simple histoire de décalage solaire horaire...



Camping sauvage et réveil-coup de soleil lors du bain de 9 h, les fe-fesses dans l'eau et la tête entre le bleu-turquoise et la bleu-marine...



Le tout sous la surveillance discrète des esprits protecteurs de la mer et de l'île... pourquoi pas!



Petite pause-glace pilée avant de rembarquer, et furtif cliché de l'île: un équipement amateur de karaoké, des vêtements de pluie spécial scooter, des cartons de Tawan Beer ...ne manquent à l'appel que les noix de bettel!



Au revoir petite île, et à bientôt bien sûr...



Retour au port et ses marchés populaires, réputés pour leur thon et leurs fruits:



et ses temples qu'on ne présente plus...



...mais qui nous impressionne toujours, on n'y peut rien!



Retour enfin à la ville pour apprécier les news de la société, société dans laquelle les policiers s'excusent publiquement et à la télé quand il leur est venu à l'esprit de savater à tort une victime qui n'en demandait pas tant.
Une société où finalement aucune violence gratuite, d'où qu'elle provienne, n'est tolérable ni justifiable... et c'est pas plus mal ainsi.



Alors faute de violence, on doit subir les rassemblement nocturnes d'adeptes de la zenitude, et autres pratiquants de Tai-ji-quan:




Autre forme de zenitude, à sa façon , celle de jean Reno dans "Léon", coup de coeur de ce mois de juin au hasard d'un zapping sur les chaînes américaines.
Quand le cinéma français est capable de réaliser autre chose qu"Entre les murs"....





Le vrai bonheur coûte peu ; s'il est cher, il n'est pas d'une bonne espèce.
Chateaubriand

Commenter cet article

Yuande 29/07/2009 05:02

Bonjour,la petite île au large de Kaohsiung, c'est 小琉球 (Chiao Liuciu) une île de corail plutôt jeune, d'où la spécificité de ses plages. C'est un super spot pour la plongée. Je compte y retourner un week-end en août ...

LEBERT 15/07/2009 22:49

Salut ArnaudDe visite sur ton blog, bien sympa ,nous y voyons pas mal de choses et nous avons aperçus nos voisins, Giles et Christiane.Nous avons fait une bouffe dernièrement avec eux et le rosé a coulé à flots, mais la maison n'était pas trop loin et il n'y pas eu de soufflage de ballon.Reviens tu prochainementen France ? Avec une belle asiatique !!!Nous avons une nouvelle à t'annoncer le marige de jéjé avec Sara au mois de Novembre, tu es peut-être au  courant.J'ai aperçu ce soir Monsieur muscle,"Adrien qui fait de la gonflette pour aborder la prochaine saison de rugby.Toute la famille Lebert t'envoies son amitiéAllez PARIS      

ARNAUD LARAIE 26/07/2009 10:16


salut jean-louis,
Bien content de te lire sur la blog et vous savoir fidèle à ces petites aventures...
Même si j'aimerais y ajouter des images plus fréquemment , c'est aussi pour vous que j'ai plaisir à le mettre à jour.

je me ferais bien aussi une petite téléportation éclair vers saint-sulp et profiter du rosé avec vous et la famille... mais comme tu vois je n'ai pas trop à ma plaindre, on n e peut pas tout
avoir!
En tout cas jéjé semble avoir trouver le bon compromis!! et je l'en félicite.
Bisou à Nicole, et à bientot sur les ondes!

Allez les verts!