Avec ces gens-là

Publié le par ARNAUD LARAIE

Petite résolution à l'occasion de ce mois d'avril, ou vingt-septième printemps: tenter de parler encore un peu plus des gens, au dépens des paysages qui ont l'habitude d'avoir la part belle sur ce blog.
En effet, si la vie n'est pas si pénible ici, les gens et la culture qui régit leur relation y est peut-être (ou surtout) pour quelque chose.

Vingt-septième printemps donc, et un grand merci à tous ceux qui m'ont envoyé un sympathique clin d'oeil via Hotmail ou Facebook, ces pensées étaient bien réciproques au moment d'arroser ça  en compagnie des gens d'ici.
J'avoue en fait avoir particulièrement apprécié cet avril 2009 qui succède à deux années ou deux printemps où le coeur était un peu moins à la fête.
J'ai ainsi eu droit au soufflage de bougie improvisé, en compagnie d'étudiants qui ont su reconnaîte le gourmand que je suis. Difficile métier d'enseignant...




Un grand coucou donc à l'équipe des niveaux 3 (6 mois de français), qui ont même redemandé de l'intensif au cours de ce mois d'avril, ou quand plaisir rime avec souffrir!!
Ci-dessous les dénomés Hugo, Izzy, Hélène, Michèle et Bonnie. Et merci encore pour le gaaaateau!



Il a même fallu poursuivre cela à domicile en recevant un certain nombre d'amateurs de la Taiwan Beer, que l'on dit meilleur que la Heineken (une référence?), et autres breuvages euphorisants...



La vie à kaohsiung, c'est aussi le couple marie-Chouchou qui fêtera son deuxième anniversaire de mariage en novembre prochain...nous y étions, souvenez-vous!



Les Taïwananais ont un goût prononcé pour les cours du soir. Que ce soit en langue , en sciences , en art ou encore en musique, on assiste en effet à des scènes assez surprenantes de bataillons d'étudiants qui en redemandent après la fin de classe, et  qui sortent des instituts privés (bu xi ban) tard le soir. Ce qui permet à beaucoup de jeunes, malgré une couverture souvent trop insulo-insulaire de l'actualité une ouverture certaine sur le monde, notamment au niveau langues étrangères, et parfois à l'éclosion de jeunes talents comme notre cher monsieur Chou, ci-dessous au saxophone.

Salut l'artiste!



Ce goût certain pour les langues étrangères de la part des Taiwanais qui ne sera d'aileurs pas pour déplaire ci-dessous à 'équipe enseignante de l'Alliance française...
Un prof révolté se cache cependant sur cette photo, saurez-vous le retrouver?



Coucou au passage à notre collègue (et camarade sinophile) Sabrina qui apporte sa fibre littéraire et qui m'a confié que ma dernière vidéo sur le tour del'île avec le frangin avait donné envie à sa famille de venir visiter cette île rebelle...magie des temps modernes !



Et puis un clin d'oeil aussi aux demoiselles locales qui contribuent à leur manière au charme de l'île...Dire le contraire serait mentir.

La chère Patricia (toujours) rêveuse...



...ainsi queBetty (à droite, jeune trentenaire et célibataire, messieurs...) et son amie:



Et quand Marie monte sur la scène et s'empare du micro, là c'est carrément le délire général!




Une photo-cliché de Kaohsiung entre palmiers et modernité,et ci-dessous quelques-uns des meilleurs francophones de la ville (niveau avancé), j'ai nommé bien sûr Atiku, Mimi et Claire.



Un grand merci aussi à notre petite secrétaire Océane qui a elle aussi pensé à mon addiction pour le chocolat et le sucre!



Et puis comme ça n'a pas suffi à me déclencher une quelconque over-dose, mademoiselle Fabibi en a rajouté une couche avec ce biscuit-tuile géant...et Re-bon anniversaire!



Taiwan c'est aussi des visages surprenants, des têtes de Sioux sur la côte Est (côté pacifique) aux personnages de la Chine profonde...



Tous ces gens que mes parents se font un plaisir de revoir à chaque passage sur l'île, en même temps que venir arroser l'anniversaire du fiston, sur place s'il vous plaît!



Et quand le touriste ne fait qu'un avec le local, le scooter n'est jamais bien loin!



L'occasion magnifique aussi de se perdre dans des petits restaurants et de se laiser aller à d'autres saveurs... le bout de l'île pour certains, le bout du monde pour d'autres.



Messsage spécial aussi à Boris mon petit frère: le bouteille est bien parvenue et est appréciée à sa juste valeur, en attendant de refaire la même au pays!



S'égarer dans des coins paumés.. et en redemander ! C'est ça aussi le voyage.



Un petit bourg de pêcheurs face à la mer à 15 minutes du centre ville de cette mégapole, et c'est toujours Kaohsiung.





Se refaire la pointe sud de l'île où le détroit de Taiwan vient se frotter à son altesse le pacifique, à notre droite le sud de la Chine, droit devant les Philipines et loin à gauche, très loin, les îles de la Micronésie. Quelques minutes à contempler cette scène, une eternité dans nos mémoires et sur papier photo.
Quand le voyage est téléportation dans l'espace et dans le temps.



Bisou volé d'un moustachu près d'un cactus... Qui s'y frotte s'y pique!




Visite des fonds marins et découverte de la biodiversité locale.... sensibles au mal de mer s'abstenir!



Ci-dessous deux locaux, une qui a eu le mal de mer et l'autre non, serein avec sa chevelure dans le vent.



Une raie se cache sur cette photo .



La pointe sud toujours, celle qui fait fantasmer les aventuriers taiwanais du deux-roues avides de boucler leur tour de l'île:



Là où on y rencontre autant de quad's que de mangeurs de bin-lang  (noix de bétel) au mètre carré...


De la Taiwan beer, des pantalons militaires, de la sueur... Oh oui ,Taiwanais, fais-nous vibrer !



Retour aussi ô kaohsiung et ses tours, ses taxis, ses scooters, ses chiens errants est ses trente-septièmes étages...




Gros plan sur les visiteurs:




Petite pause glace en bonne compagnie, toujours...



Et promenade au pied de la Tour 85



Contrastant avec l'arrière-pays et ses rizières traditionnelles...



...ainsi que ses rues aux allures latino-Américaines...c'est ça aussi le sud-Taiwan



Et puis pourquoi ne pas profiter du confort d'une coupe de cheveux avant de se préparer pour le retour en France (et sa T.V.A...)


Un dernier tour de karting bien entendu, pour les grands enfants que nous serons toujours!




Un dernier rafraîchissement au détour d'une camionnette et deux Polynesienn...pardon, Taiwanaises.



Le cocktail en bord de mer pour une fin de soirée à Kaohsiung, une valeur sûre!



Et encore une délicieuse cochonnerie (dont je remercie ici l'anonyme expéditeur) en ce beau début d'avril...



Dernier coup d'oeil sur la ville, en famille et sur le toît de notre tour:




Et dire que pendant ce temps-là certains continuent à rouler en BX...tout est donc possible dans ce monde de folie douce!


Gros clin d'oeil donc aux Taïwananais sur cet article, et la joie de vivre qu'ils dégagent (je pense toujours à ces scènes de karaoké improvisées jusque sous les ponts et aux quatre coins de l'île) malgré la dureté de la vie, palpable aussi ici.




Kaohsiung la populaire se couchera encore une fois ensoléillée ce soir... lumineuse de toute façon.




Amis physionomistes de la génération "Inconnus", saurez-vous distinguer un jeune baroudeur de 28 ans (d'ailleurs bon anniv' Batman!) d'un d'envahisseur?
























 

 

2 coups de coeur enfin:

Le premier pour le documentaire "ZeitGeist", qui a le mérite au pire d'ouvrir les yeux sur notre monde et au mieux de constituer une véritable bombe de libre pensée.

Le deuxième pour un chef d'oeuvre cinématographique qui me touche à chaque fois un peu plus, à savoir le fameux "Itinéraire d'un enfant gâté", et dont je propose ci-dessous le résumé ainsi qu'un morceau choisi, saupoudré de la bien-nommée "une île" de Jacques brel.

 

Enfant trouvé élevé dans le milieu du cirque, Sam Lion a dû faire une reconversion forcée après un accident de trapèze et est devenu chef d'entreprise. Mais la cinquantaine passée, il se lasse de ses responsabilités et de son fils, Jean-Philippe, dont la collaboration ne lui est pas d'un grand secours. Il décide alors de disparaître en mer. Mais son passé va le rattraper en la personne d'Albert Duvivier, un de ses anciens employés. Il se perd puis prend peu à peu conscience de l'essentiel de sa vie. Un hommage magnifique à Brel et tant d'autres parmi nous...









Tous se fichent de tous, et nos douleurs sont une île déserte
albert cohen


Commenter cet article

Jimmy 05/05/2009 05:12

belles photos !je vois que tes parents sont venus en BX ;-)à chaque fois que je vois des photos de Kaohsiung je me dis qu'il faut absolument que je vienne un weekend, il y a des coins qui ont l'air vraiment sympa.

Shasha 02/05/2009 15:37

Merci pour ce bel article, bien écrit et avec de super photos et surtout une réelle tendresse pour cette île... de Taiwan, cela ne peut qu'aider à l'apprécier.