On dirait le sud

Publié le par ARNAUD LARAIE

A  l'image de ces quatres Taïwanais qui ont composé ce morceau-voyage vers Kaohsiung, cet article est dédié au peuple du sud Taïwan, ainsi qu'à tous les étrangers séduits qui y ont attéri et re-attéri.




Le sud de l'île donc, ou île dans l'île, bastion des indépendantistes à chaque élection, et où les hommes ont souvent la bouche et les dents toutes rouges car barbouillées de jus de noix de bettel (bin lang), espèce de plante à mâcher dont raffolent les chauffeurs routiers et autres locaux pour rester éveillés.


Ce coin est un microcosme ou concentré de culture taïwanaise, avec un goût prononcé pour la chanson et le karaoké qui est associé dans le folklore local à de charmantes jeunes femmes en tenue....valorisante !  De nombreux barbecues également à chaque coin de rue, parfois colectifs, et organisés sur les parvis comme ce fut le cas devant notre tour pour célébrer la fête de la lune lors de cette mi-automne:


De la convivialité et des odeurs de grillades de saucisses ou fruits de mer, entre les tours du centre-ville, et des températures qui ne redescendent toujours pas...



A votre santé donc, chers Taïwanais qui me sont devenus si familiers.




Petit moment croustillant aussi, ce duo improvisé entre deux élus locaux (ou s'y destinant) issus des deux grands partis rivaux, le multipartisme étant de mise à Taïwan à l'inverse de la Chine. Des sourires, et un refrain partagé pour l'occasion, la bise prévue pour l'an prochain !




Quand au gardien de la tour voisine, il s'est fait un plaisir de nous régaler de sa voix de Crooner et d'une certaine expérience, le tout en taïwanais (minan hua) bien sûr, qui est majoritairement parlé dans le sud, en raison de l'origine de la migration issue du sud de la Chine (province du Fu Jian).



La langue taïwanaise est en effet souvent perçue, avant le chinois, comme un marqueur d'identité commune et de proximité entre les Taïwanais, surtout parmi les couches populaires, comme par exemple notre jeune mécano et sa bande de 'bikers', ci-dessous en train de disposer de la nourriture en guise d'offrande et demander deux fois par mois la bienveillance des dieux.



La nuit approche et il n'est pas rare de tomber, au détour d'une ruelle qui coupe une grande artère urbaine, sur un petit spectacle de marionnettes, ou de cinéma de rue, aux abords des temples qui font office d'église et de place du village au coeur des grandes métropoles de l'île.




Avis de recherche: Un petit renard aurait été signalé rôdant entre les étages et se laisserait parfois, moments furtifs, photographier....



Ce renard  aurait comme repère les concentration de deux-roues, à partir desquelles il se lancerait à la chasse aux poules et terroriserait la population locale...
Faire signe sur ce blog si toute autre information pouvant aider les enquêteurs.



Et quand la population veille, les grillades et la Taiwan beer ne sont jamis bien loin...




La mi-automne équivaut ici comme en Chine à la fête de la lune, moment rare de réunion pour les familles, et donc afflence notable dans les transports en commun pour cette île dont la densité démographique serait la ou l'une des plus élévées au monde (23 millions sur un territoire grand comme la région centre).
Occasion aussi de profiter des ces compagnies de bus aux énormes fauteuils ajustables et masseurs, avec télé et serveuse... ou quand faire jouer la concurrence ça a du bon!



Et re-...barbecue!





Un charme de Taïwan est aussi de ne pas être aussi dépaysant que cela, avec parfois des phénomènes que l'on renconterait très bien dans nos contrées, à l'image de colectionneurs un peu foldingues de paquets de cigarettes...ou de cadillac taxi !!



Quelques grammes de folie dans ce monde de ...demi-brutes!



De la douce folie aussi chez ces jeunes lycéens ou étudiants (allez donc les distinguer) qui s'adonnent souvent  à des activités pleines d'innocence, que d'autres qualifieront  de ridicule, lors de leur week-ends d'intégration.



Ne cherchez plus le renard, il a été retrouvé en compagnie de sa bande dans un bistrot à la périphérie de la ville.
L'enquête révèlera qu'il s'agit en fait de chiens japonais connus par les services de police sous le pseudonyme de 'shiba Inu'; et qui remporteraient un certain succès auprès des Taïwanais lors de leurs descente en meute!




Une mise à l'aise totale, et on va même jusqu'à monter sur les tables, roter tout fort et casser des chopes.



Les filles seraient déja conquises, les autres mâles dépités...



   Dernière pose avec le peuple taïwanais séduit ...



Et photo de groupe pour un travail d'équipe, quand une meute en rencontre une autre!!




Aucun renard dans la ville donc, juste un gentil chienchien, bête de loin mais loin d'être bête, avec qui il est l'heure de rentrer au bercail...et se préparer à l'aterrissage iminent des cousins venant de l'ouest, tout là-bas...




Les gentils bad-boys de la ville sortent leur monstres de deux-roues et ça ronronne déja sur l'avenue Zhong-Shan, certains même composent de vrais tubes en l'honneur de ces 'femmes-fleurs' et leurs belles jambes qui ne prennent toujours pas froid, la nuit tombe sur le sud de Taïwan.... et c'est là que c'est le meilleur! :





" J'étais furieux de n'avoir pas de souliers ; alors j'ai rencontré un homme qui n'avait pas de pieds, et je me suis trouvé content de mon sort. "
Proverbe Chinois

 


Commenter cet article

clairette 05/01/2010 18:21


Une nostalgie pour Taiwan et ces vacances passées : vite sur le site de NoNo pour écouter ce petit groupe made in Kaoshiung. En espérant que tu es bien rentré sur ton ile apres ces petites vacances
made in france ! Bisou à vous 2


ARNAUD LARAIE 19/01/2010 10:39


Salut ma cousine, merci pour ton message, et encore bon nénés 2010.
A tres bientot... A taiwan?
biz


Remi 25/10/2009 21:19


    Hahh... Arnaud... Si tu ne le savais pas, je suis un lecteur assidu de ton blog. Et cet article (comme beaucoup d'autres d'ailleur) m'a rempli le coeur de nostalgie et
d'emtion... j'en verserais presque une petite larme en plagiant une vielle chanson francaise "J'ai quitte ce petit pays; mais j'y ai laisse mon coeur...".
    Mais quelque chose me dis que serai bientot de retour dans cette douce atmosphere que j'affectionne tant.... Et qui sait peu etre pour de bon cette
fois-ci.      
                A bientot et de gros bisous de ma part a tout ce qui en voudront bien.
    Remi.