Quand on partait de bon matin...

Publié le par ARNAUD LARAIE

Dernier investissement incontournable en date, ce superbe vélo avec bien sûr les nombreuses traces de bombes à peinture pour cacher la misère...(pas de vitesses, mais des freins, c'est le principal!)

 

 

... acquis pour 10 euros dans une rue communément appelée la rue du recel, mais qui a perdu de sa notoriété et son achalandage depuis la prise du pouvoir du scooter dans le mode de transport favori des taiwanais... (le vol en pleine rue demeurant rare puisqu'ici le sentiment de honte et de déshonneur du voleur pris en flagrant délit semble bien plus pénible et disuasif que cent coups de fouets ou qu'une main coupée... c'est ce qu'on appelle perdre la face, la pire chose pour un asiatique)

 






Nous vivons avec nos défauts comme avec les odeurs que nous portons: nous ne les sentons plus; elles n'incommodent que les autres.
marquise de Lambert

Publié dans taiwanisons

Commenter cet article