Il l'a fait !

Publié le par ARNAUD LARAIE

Apres une jeunesse dans le Loir-et-Cher, des étés à l'usine à empaqueter de la publicité sur des palettes de 5h à 17h, ou de 17h à 5h, après s'être passionné pour la culture chinoise au point d'en apprendre la langue ainsi que les combines necessaires pour charmer l'un de ces phénomènes aux cheveux raides et aux yeux bridés, au point même de débarquer à Taiwan pour remonter la source....après tout cela, eh bien oui, il l'a fait:


....Mon cher Olivier , le Marollais de Taipei , est en effet devenu Papa en cette fin d'octobre 2008, un an à peu près jour pour jour après avoir épousé la charmante Hui-Mei...



J'ai donc l'honneur de vous présenter la petite Inès, qui se porte bien, et qui vous salue!



Ainsi que la valeureuse Maman qui se remet tout doucement des ces quasi- dix mois nécessaires à la création du petit bijou qui s'est fait attendre:



L'occasion de réunir quelques taiwanophiles venus du nord comme du sud rendre les hommages aux nouveaux parents, avec à droite les amis Sonia (blog en lien) et Hervé, installés à Taipei.



Et naturellement, ce beau dimanche s'est achevé dans les règles de l'art dans un boui-boui de banlieue, autour de quelques grillades, légumes sautés... et Taiwan Beer, bien sûr. 



Attente à la gare routière, dans l'affluence des dimanches soirs de Taizhong, où nombreux sont ceux à rejoindre la capitale au nord, ou le sud, Kaohsiung et son folklore....



Concernant le trajet, plutôt que les quarante-cinq minutes éclair que permet le TGV local, j'avoue aussi avoir une préférence pour les trois heures de bus grand confort . Là au moins on a le temps d'aller au p'tit coin après la sieste... gros pataud que je suis.



Qu'est donc devenu Kaohsiung pendant ce mois d'août en France? Une ville enfin équipée de son métro et ses 2 lignes, pas négligeables, et qui offrent à cette métropole la modernité voulue pour recevoir les jeux mondiaux à l'été prochain (sports non-olympiques).

Le mois de septembre a quant à lui été le théâtre habituel des tempêtes tropicales, ou typhons pour les intimes; ses pluies diluviennes, ses vents violents, sa valse des scooters assez inconscients pour rester à l'exterieur profiter du paysage...



Le moment privilégié des chaînes de télévision pour envoyer leurs  bouc-émissaires   journalistes sur le terrain, pour bien faire saisir au spectateur toute l'intensité du phénomène, au cas où on serait amené à en douter...




Une palme du ridicule est même attribuée à la fin de la saison, seulement dans le cas où tous sont revenus sains et saufs de leurs reportages...



Le moment choisi aussi par d'autres pour déménager (quand ils ne peuvent pas faire autrement), de préférence au delà du 35eme étage, de manière à mieux ressentir les secousses lors d'éventuels tremblements de terre , et succomber à l'ivresse des sommets....

Tout ça en gros pour dire que la photo ci-dessous est prise de la chambre du nouvel appartement: 



Visibilité dégagée, parfois, sur Kaohsiung.





Mon petit coup de coeur ira cette fois à ce restaurant populaire et familial, dont la qualité des plats est tout à fait acceptable, et qui présente surtout la petite caractéristique....



...d'afficher sur ces grands panneaux rouges que les plus de quatre-vingts ans ont ici le repas offert, ce qui après-tout est loin d'être une injustice, mais qui est si rare et honorable en ces temps où les anciens ont de plus en plus la vie dure.



Et puis, en cas de mal du pays, un petit coup d'internet et zoup, me voilà (re)découvrir que la Marseillaise a encore été sifflée conspuée salie à l'occasion d'une rencontre "amicale". Où quand la bêtise devient routine, coutume...

Je ressens cependant de la compation pour tous ces pauvres abrutis malheureux qui sont condamnés à rester jour après jour dans ce pays horrible qu'ils haïssent tant mais qu'ils ne peuvent pas quitter, séquestrés qu'ils sont. A quand le sacage des stelles aux morts dans chaque village, à la prochaine poussée d'acnée?

Navrant pour certains, lamentable pour d'autres, admirons plutôt le dépit de nos propres joueurs, à domicile.




Dans la colère, je suis donc contraint de me rabattre sur la télévisoin locale, et là, ouf ! A nouveau de la légereté, de la poésie , de l'innocence, du programme à ridiculiser les audiences de Drucker un dimanche après-midi...



Ou comment reconnaître les lettres de l'alphabet ou même des caractères chinois en déchiffrant, dans la mesure du possible, la forme dessinée par le mouvement appliqué d'un inconnu postérieur....



Et voilà le traitement qu'on inflige à ces pauvres Taiwanais. Avouons quand même que là,  pour le coup ,  'y a vraiment de quoi se facher!  Regardons aussi dans l'état de révolte dans lequel cela les plonge:

"-He , Zut alors, j'arrive toujours pas à distinguer si elle dessine un splendide P ou un magnifique R !
 -Calme-toi mon ami ,et va donc chercher dans la voie du milieu...."



Et on subit ça tous les jours....




Et puis pour ne pas oublier d'être sérieux, on a subi récemment un bon vieux couvre-feu, d'une demi-heure certes, mais qui rappellle à chacun que le pays est toujours sous la menace du grand-frère chinois.
Une défense serait donc envisageable en cas d'attaque, le temps de 3 jours du moins (pour les optimistes dont je suis...).


Tous aux abris Seven-Eleven!


Détour à Wenzao, où j'apprends le chinois, et où d'autres apprenent les langues étrangères, et le Tai-Qi!



L'occasion aussi d'assister à la représentation annuelle des étudiants de français, qui ont le talent d'interpéter toute une pièce dans une langue étrangère, entre charme et humour.

Chapeau bas!




Le dimanche, il est aussi possible de s'essayer au concept vélo-train, qui débute à l'aube par un rendez-vous à la gare avec tout l'équipement nécessaire, surtout l'équipement...


Chargement des athlètes, déja casqués...



et de la collection de vélos personnels, objets pratiques qui reviennent très fort à la mode ici, surtout comme marqueur social.
"Ton vélo pliable ne coùte que 1000 euros...oh le ringard!"


Dans le train entièremenr réservé pour l'évènement, la préparation psychologique passe par un retour aux joliees coloniiies de vacances...
Oui, le taiwanais se lâche le dimanche.




Premiere pause et premier arrêt du train pour enfiler les bicycles, et s'égarer gaiement dans l'arrière-pays rural si paisible en ce dimanche matin.


Dans l'après midi, on aurait reconnu parmi les 200 participants un certain Ric(h)ard Virenque (on le dit un peu enrobé...)
On nous aurait menti ?...


Retour dans les wagons, et traversée du massif montagneux pour rejoindre la côte Pacifique, ses sources chaudes (appréciables après l'effort) et son crépuscule.


Enfin, comment ne pas évoquer en cette fin de matinée du 5 novembre 2008 ce visage Afro- Américain, dont l'élection aux plus hautes fonctions de ce grand pays de retour, suscite l'unanimité sur la planéte.

Lui aussi, il l'a fait.



Je reconnais avoir souvent envié mes parents d'appartenir à une génération qui avait vu en direct le premier pas de l'Homme sur la Lune.

Je sais maintenant que nos enfants nous envieront d'être de la génération qui aura assisté à cette journée, le genre de journée que la mémoire longue de notre cerveau imprime bon-gré mal-gré pour le reste de nos jours.



Martin Luther King peut désormais, où qu'il soit, reposer en paix, le rêve fou qui a conduit à sa disparition est désormais réalité, et nous en sommes tous témoins.



Et quand même Jesse Jackson (2ème en partant de la gauche) ne retient plus ses larmes d'espoir,....


Pourquoi devrais-je cacher les miennes?




Le choix du 6 novembre, pour la publication de cet article qui me tient tout particulièrement à coeur, est en l'honneur du cinquantième anniversaire de ma mère.

" N'ayez d'intolérance que vis-à-vis de l'intolérance. "
Hippolyte Taine

Commenter cet article

Bernard 13/12/2008 01:00

Les Chinois du continent disent souvent qu'il n'y a rien à voir à Taiwan; en lisant ton blog (cela m'a pris quant même quelques heures) je regrette de n'être pas allé plus loin que Taipei, et cela m'a donné aussi l'envie de faire Taipei-Kaohsiung en moto (la distance est courte, plus ou moins 360 km). Je connais l'Alliance Française en Chine et j'ai malheureusement le sentiment que votre travail est un combat entre David contre Goliath: l'anglais est devenu quasiment une obligation au niveau professionnel, et le français un hobby. Merci pour ton blog.

Anne BREDUILLIEARD 24/11/2008 18:47

Yep Papa !
C'est fou ... félicitations!!!
ça fait un bail que je voulais prendre contact... surtout qu'on sait louper y'a plus d'un an de çà (tu étais de passage dans le sud et c'est moi qui n'ai pas asssuré) Bref, souhaitant savoir ce que tu devenais (eh oui, elles sont loin nos années de fac!) c'est à tt hasard et sans grande conviction que j'ai tapé ton nom afin de retrouver ton blog. Et voilà ! j'y suis et peu afin t'écrire quelques mots.
Te voilà donc Marié, Papa et professeur de FLE (toujours) à Taiwan. Tout semble aller merveilleusement bien pour toi.
De mon côté eh bien, toujours avec Sylvain, fraîchement diplômée d'un M2 (eh oui... j'ai pris mon temps) et formatrice en fle/fls au GRETA depuis 1 an et demi. Je me régale...
Au fait, j'ai regardé l'album photos de tes potes et j'me demandais si tu avais toujours contact avec Chengwen ?
Donne de tes nouvelles et peut être à bientôt sur le continent.
En attendant, des bises à toi et ta jolie famille...
Tchuss papa !
Anne

Lisou 10/11/2008 15:20

Tes notes sont de plus en plus delicates et presque même litteraires. Un plaisir de te lire mon ptit Nono, "Yes we can", enorme moment dans l´espoire du monde.et dans celle de notre generation...Mais dis moi quelle est cette jeune et belle petite asiatique qui semble accompagner nombreux de tes pas ...? Bizes poulet